skip to Main Content
LOGO-NewLanding
Article_Page_Blanche.gif

LA PANNE D'INSPIRATION ?

Un classique.

C’est pas agréable, ça fait perdre du temps… en plus de faire rager.

Peu importe ton activité, ça touche absolument tout le monde.

J’ai quelques astuces qui pourraient t’aider (en animation, mais pas que).

Déjà, je distingue le moment où :

  • T’as une idée précise en tête, ou un projet à faire (qu’il soit perso ou pro)
  • Et le temps normal, où t’as juste envie de te faire plaisir. 

D’ailleurs, le plus douloureux c’est quand on a une idée précise en tête, et…
qu’on n’arrive à rien.

Alors sur un projet pro, avec deadline, c’est carrément l’angoisse.

SERS-TOI DE TES RÉFÉRENCES

L’astuce, c’est que tu vas te nourrir en « temps normal » pour être « armé(e) » devant ta feuille. 

Si t’es là, c’est que t’es un(e) créatif(ve) et que t’es un minimum sensible à ce que tu vois.

Alors cultive ton sens de l’observation, utilise ton quotidien (même si tu le juges banal) : images, photos, citations…

Tout ça t’influence, te touche, te nourrit, ce sont tes références.

À toi d’être attentif(ve), de switcher en mode « éveillé(e) ». 

Ne plus seulement voir, mais prendre le temps de regarder. 

Si tu veux être original(e), créatif(ve), cultive ton jardin personnel, trouves-toi tes références. 

(Bah oui, si on regarde tous les mêmes trucs, ça devient compliqué d’apporter de l’originalité). 

MODE ÉVEILLÉ

Tu t’efforces tellement de tout regarder, que ça en devient naturel
(comme quand tu apprends à faire du vélo).

En prenant l’habitude d’être « éveillé(e) » en temps normal (un peu chelou cette phrase), il va se passer un truc de ouf quand tu auras un projet en tête :

Absolument tout ce qui t’entoure va t’inspirer !

C’est comme ça que tu vas trouver des pépites d’originalité.

Les détails les plus anodins, et surtout sans rapport avec ton projet, vont t’apporter de (très) grandes idées.

 

Pourtant, je vais peut-être t’étonner si je te dis que c’est insuffisant (non ?).

Tu risques de passer ton temps à réfléchir, inondé(e) par la quantité (colossale) de références.

Tu vas t’épuiser à tout retenir, te surcharger l’esprit.

Et sauf rares exceptions, ce que tu vas juger intéressant, utile, inspirant… tu vas l’oublier. 

Forcément, y’en a trop !

Alors, il faut les mettre de coté, les conserver pour les ressortir quand tu en as besoin.

Il y a pleins de manières de faire ça :

Collages, photos, vidéos, écriture, etc.

Mais le meilleur combo, le plus simple (et le plus efficace) :

LE PAPIER ET LE CRAYON 

Je ne te parle pas de faire des croquis d’observation ou des photos super bien cadrées.

Non, je te parle de garder au chaud ce qui te fait vibrer. 

Avec des schémas moisis s’il le faut. L’important c’est l’idée, la sensation. 

Une composition, un jeu de couleurs, un motif, un mouvement, un instant.

Tout peut être utile, tant que tu le notes dans l’instant.

D’ailleurs, pour ceux qui débutent, c’est le seul moyen de débloquer le « Mode éveillé ».

Sans croquis, tu vas perdre ton temps à observer sans rien piger.

En résumé :

img_mode éveillé part1

Prends le temps d’observer, cherche tes références, sois curieux(se).

Fais des croquis, ou des photos/vidéos de tes idées.

img_mode éveillé part2

Jusqu’à être attentif(ve) au moindre détail (sans même dessiner) = Mode Éveillé !

img_mode éveillé part3

Tu ne cherches même plus les refs, elles viennent à toi ! Tout t’inspire, la boucle est bouclée.

DEVANT TA FEUILLE

… blanche maintenant tu vas puiser dans toutes tes notes, prendre ce qui t’inspire le plus sur le momentEt lâcher des croquis, esquisser des idées, mettre en forme ce qui t’a particulièrement inspiré(e).

Comme si tu construisais une énorme tour. Tes inspirations en sont la base, les fondations.

Le premier étage c’est tes premières recherches

Ensuite, tu vas peu à peu t’affranchir de tes refs (je dirais même qu’il le faut)…

…pour t’approprier ton projet.

Tu effaces, recommences, mais tu construis ! T’es actif(ve) ! 

T’attends pas que l’inspiration te tombe dessus. 

Tu provoques le déclic. 

Avec l’habitude, ça ira de plus en plus vite.  

T’arrives au 2e étage.

Avec une idée plus claire d’où est-ce que tu vas.

 

T’y es ? 

Maintenant que t’as une idée plus précise, j’en reviens à l’animation de FX. 

Par où commencer ?

Comment provoquer cette frénésie où t’enchaines tes dessins en sachant exactement où tu veux aller ?

Ça, je t’en parle dans le prochain article.

 

Et toi, c’est quoi tes techniques pour dépasser la page blanche ?

Est-ce que j’ai pu t’aider ?

PROVOQUE L’INSPI

DEEAMO –

LOGO - Atelier - FX

NE DESCENDS PAS PLUS BAS !

C’est réservé…

…uniquement aux créatifs…

…prêts à devenir…

…de véritables Samuraïs de l’Animation !

L’ART-du-FX—aperçu
Back To Top